Georges Brassens, Entretiens et souvenirs intimes

Georges Brassens, Entretiens et souvenirs intimes est un récit biographique d'Éric Battista retraçant, comme l'indique son titre, des entretiens et des souvenirs intimes témoins de sa longue amitié avec Georges Brassens.

Référence : Éric Battista, Georges Brassens, Entretiens et souvenirs intimes, éditions Équinoxe, Mémoire du sud, 2001, isbn 2-84135-310-9

   
Georges et Jeanne        Georges et Joha                   Georges et Jacques Bousquet

Ouvrage quelque peu déconcertant que ce livre de son ami Éric Battista dit "Le Sauteur" sur Brassens, fait de ces souvenirs intimes dont il est question dans le titre, d'une foule d'anecdotes présentées dans l'ordre chronologique, notées le plus souvent à la volée, à la va-vite dans le fil de la conversation ou à l'occasion de réflexions de l'ami Georges.

L'amitié des deux sétois est née un peu par hasard puisqu'ils n'étaient pas de la même génération, et n'en fut que plus solide et durable. Le livre couvre tous les lieux de prédilection de Brassens, ce quartier de paris qui court autour de l'impasse Florimont, son centre géographique, Sète bien sûr où ils sont nés, où ils se retrouvent régulièrement, Crespières où un temps Brassens s'était retiré de Paris, Lézardrieux à côté de Paimpol en Bretagne, le pays de Jeanne, et l'ultime escale chez le docteur Bousquet à Saint-Gély-du-Fesc dans la banlieue nord de Montpellier où Battista l'assista avec Püpchen jusqu'à la fin. L'ouvrage est complété par un commentaire sur les poèmes et les chansons posthumes de Brassens ainsi que par de nombreux manuscrits.

   
Brel, Ferré et Brassens                  Brassens et Ferrat

A travers les anecdotes qu'a patiemment notées Battista, on retrouve d'abord la famille, avec en tête ses parents Elvira et Jean-Louis Brassens, Joha Heiman l'amour de sa vie, sa soeur Simone Cazzani, le cousin Georges Granier et ceux de l'impasse Florimont, la terrible Jeannne Le Bonniec, "sa Jeanne", et Marcel Planche "l'auvergnat". Viennent ensuite les meilleurs amis de Georges, les intimes, les "copains d'abord", ceux de la jeunesse Henri Delpont, Louis Bestiou, Emile Miramont l'ami "Corne d'auroch" dont il donnera le titre à une chanson, l'abbé Barrès qui fut seul autorisé à prononcer quelques mots sur sa tombe ou Alphose Bonnafé, "le prof" au lycée Paul Valéry.

Enfin, ceux du métier, de Paris, beaucoup moins présents dans le livre, avec en tête Mario Poletti, Marcel Rénot son pote anarchiste, l'écrivain René Fallet ou son impresario jacques Canetti. Reste les deux indispensables et inclassables que sont Pierre Nicolas son ombre portée à la basse et "l'homme à tout faire" Pierre Onteniente, le roc "Gibraltar", d'une fidélité indéfectible depuis leur rencontre à Basdorf.

               
Georges Brassens par Eric Battista            Le parc Brassens

Informations complémentaires

Bibliographie
*
René Iskin, Dans un camp, Basdorf 1943, Georges Brassens et moi avions 22 ans, éd. Didier Carpentier, novembre 2005, isbn 2-841-67365-0

* Jacques Vassal, Brassens, le regard de « Gibraltar », éditions Fayard/Chorus, août 2006, isbn 2-213-62813-0
* Jean-Claude Lamy, Brassens, le mécréant de Dieu, Éditions Albin Michel, 2004

Voir aussi
*
Hervé Bréal, Brassens de A à Z, éd. Albin Michel, 2001, isbn 2-226-11117-4

Liens externes
*
Site officiel consacré à
Georges Brassens -- Entretiens --

<<< Christian Broussas - Feyzin, 20 décembre 2011 © • cjb • © >>>