Référence: Jean-Claude Lamy, Brassens, le mécréant de Dieu, Éditions Albin Michel, 310 pages, isbn 2-226-15160-5, 2004

Jean-Claude Lamy nous propose un livre qui fourmille d'anecdotes sur Georges Brassens, de témoignages de ses amis, de ses proches, des discussions avec Roger Thérond en 1999 en passant par les derniers instants à Saint-Gély-du-Fesc près de Montpellier cher les Bousquet, veillé par Püpchen et Battista, quand il était 23 h 14 un certain 29 octobre 1981.

Un livre qui ne fait pas l'impasse sur les polémiques suscitées par certaines chansons comme "La Tondue" ou "Les deux oncles" par exemple dénonciation de la guerre qui lui a valu bien des inimitiés et provoquer certaines brouilles -heureusement temporaires- mais qui, par les discussions qu'elles ont provoquées, ont amené Brassens à réfléchir et à écrire "Mourir pour des idées"... ce qui n'arrangea rien.

       

La guerre, ce fut d'abord pour lui l'arrestation du frère de Jeanne et son exécution sordide à la prison de Fresnes puis son départ pour le STO, l'aventure de Basdorf, la privation de sa liberté, le pire qui puisse arriver à un libertaire comme lui, soucieux de préserver son indépendance.

"Brassens, c'est un anarchiste pour rire" disait en plaisantant son ami le poète Paul Fort, mettant à mal l'image réductrice d'un Brassens athée et rebelle. Rebelle sans doute quand il s'agissait de rester libre, de défendre cette liberté en refusant tout embrigadement, ce qui ne manqua d'occasionner d'autres polémiques, y compris avec l'ami Jean Ferrat qui n'admettant pas qu'à plus de deux, on soit déjà "une bande de cons", expériences différentes qui s'affrontaient alors à coup de chansons.

A Chaillot en 1966

Sur l'image d'un Brassens athée, Jean-Claude Lamy en donne une vision assez différente des poncifs habituels, celle d'un homme aux contradictions marquées, à la fois sauvage et affable, d'une amitié indéfectible, rebelle sans vouloir vraiment s'engager, antimilitariste fustigeant la guerre de 14-18 et d'une façon générale tous les "va-t'en-guerre", souvent anticlérical forcené dans ses chansons , même s'il y met parfois des bémols comme dans ses chansons "L'épave" ou "La messe au pendu", et assez respectueux de la religion dans la vie quotidienne, par exemple dans son amitié pour son ami d'enfance le père Barrès.

      

Il reste un fond de ferveur religieuse -qui lui vient sans doute de sa mère Elvira- pour celui qui chante par dérision "la messe sans le latin, ça nous emmerde", qui se place toujours dans la veine de ses devanciers François Villon et Francis Jammes dont il a mis en musique son "je vous salue Marie", qui montre bien tout l'embarras du poète partagé entre l'attraction du spiritualisme et la lutte contre le pouvoir séculier de l'Eglise. D'où le titre paradoxal que Jean-Claude Lamy a choisi de donner à son livre : "Brassens,le mécréant de Dieu".

Il reste alors le Brassens réservé de sa chanson "Le modeste" et le Brassens pudique au-delà des gros mots sous lesquels il cache sa pudeur -et qui n'étaient pas toujours du goût de Püpchen- l'homme aussi d'une rare générosité envers ses amis, envers tout ceux qu'il aimait -et même au-delà- tourmenté par une "angoisse métaphysique" jusqu'à la fin, qui explique sans doute sa complexe relation avec le spirituel.

  
Avec Raymonde Laville à Roucirol sur l'étang de Thau [1]

Informations complémentaires
[1] Il semble que Raymonde Laville (la femme de son ami Victor) ait servi de modèle à "la femme d'Hector"

Bibliographie
*
René Iskin, Dans un camp, Basdorf 1943, Georges Brassens et moi avions 22 ans, éd. Didier Carpentier, novembre 2005, isbn 2-841-67365-0
* Jean-Claude Lamy, Brassens, le mécréant de Dieu, Éditions Albin Michel, 2004
*
Hervé Bréal, Brassens de A à Z, éd. Albin Michel, 2001, isbn 2-226-11117-4

Liens externes
*
Site officiel consacré à Georges Brassens -- Entretiens --

<<< Christian Broussas - Feyzin, 20 décembre 2011 - <<© • cjb • © >>>